Quels sont les différents types de crowdlending ?

Crowdlending

Définition du crowdlending :

Forme particulière de crowdfunding, le crowdlending se distingue des autres plateformes de don ou d’investissement en capital en proposant d’investir sous forme de prêts, rémunérés par des intérêts ou non rémunérés.

En France il peut prendre une des formes juridiques suivantes :
• Prêts participatifs ;
• Obligations ;
• Bons de caisse ;
• Minibons.

Voici un résumé de ces différentes formes :

Type de crowdlending

Dans chacun des cas, le prêt proposé pourra être :
• Avec ou sans intérêts ;
• Amortissable ou in fine.

Dans un prêt amortissable, toutes les mensualités contribuent (en plus du paiement des intérêts) au remboursement du capital initial, alors que dans un prêt in fine l’intégralité du capital est remboursée à l’échéance. Du point de vue du prêteur, le prêt in fine est donc beaucoup plus risqué que le prêt amortissable puisque la majeure partie du remboursement a lieu tout à fait à la fin.

A noter que dans le cas du prêt amortissable on peut avoir une période de différé où l’on ne paie que les intérêts.

Lorsque des intérêts sont payés aux prêteurs, ils représentent en principe le niveau de risque du projet : plus le niveau de risque augmente et plus le taux d’intérêt proposé sera élevé.

Un mode de financement sans passer par une banque.

Dans tous les cas, même si l’on passe par une plateforme (l’intermédiaire qui permet la mise en relation), il s’agit juridiquement de contrats conclus directement entre les prêteurs et les emprunteurs. Aucune banque ou organisme de crédit n’est donc impliqué dans le processus. C’est la véritable originalité de ce mode de financement par rapport au mode bancaire classique.

Voyons maintenant plus en détail les caractéristiques de ces différents modes de financement en fonction du type d’emprunteur qui peut être :
• Un particulier ;
• Une PME ;
• Un promoteur immobilier.

 

Prêt à des particuliers :

C’est le prêt entre particuliers. Prêteurs et emprunteurs sont des personnes physiques. La plupart du temps, un projet est porté par un seul emprunteur qui collecte son financement auprès de plusieurs prêteurs.

Le financement final correspond donc à un ensemble de micro-prêts. Les prêts sont amortissables à taux fixes, avec dans certains cas une période de différé.

Un investissement à impact social.

Ce système peut en réalité s’assimiler au microcrédit mis en place dans les pays en développement qui consiste à attribuer des prêts à des personnes méritantes qui ne peuvent pas accéder aux financements classiques des organismes de crédit. Cet outil d’investissement à impact social apporte une solution à l’exclusion bancaire de ces populations.

Il tient également sa popularité auprès des emprunteurs du fait des processus simple et 100 % à distance. Aujourd’hui, que vous soyez une personne active ou un étudiant pour un prêt étudiant, que vous agissiez à titre privé ou professionnel, vous pouvez trouver une plateforme de crowdlending qui vous aidera à obtenir un financement pour votre projet.

 

Prêt à des TPE et PME :

Alternative au financement bancaire, le « crowdlending PME » s’est fortement développé en France avec la création de très nombreuses plateformes depuis 2013.

Attirés par les démarches dématérialisées et conditions d’acceptation plus souples que les banques traditionnelles, de plus en plus de petites et moyennes entreprises utilisent ce mécanisme pour obtenir un financement de leur activité.

Que l’on ait besoin de seulement 10 000 euros ou bien de plusieurs millions d’euros pour financer le développement de sa société, il est désormais possible d’obtenir un financement via une campagne de crowdlending.

Un accès au crédit avec des conditions moins strictes que celles des banques.

Plusieurs raisons expliquent ce succès. D’une part les processus bancaires souffrent d’un manque de réactivité, et les conditions sont souvent très strictes en ce qui concerne les garanties demandées aux dirigeants. D’autre part, cet outil permet de diminuer la dépendance de l’entreprise vis-à-vis de sa banque. Enfin, et surtout, le crowdlending attire toutes les TPE et PME dont les demandes de crédit ont été refusées par les banques.

Le processus d’analyse des dossiers et donc primordial et nécessite d’avoir une équipe qui a l’habitude d’analyser la solvabilité de ce type d’entreprises et la capacité de bien comprendre son activité.

 

Prêt pour financer des programmes immobiliers (le « crowdlending immobilier »)

Cette fois-ci le porteur de projet est un promoteur immobilier. Il a pour objectif de réaliser un programme immobilier (i.e. construire ou rénover un ensemble de biens, des logements ou des locaux à usage commercial), puis de revendre ces biens à un ensemble d’acquéreur afin de réaliser une plus-value. Le promoteur n’a donc aucunement vocation à rester propriétaire de ces biens. Son objectif est de les céder au plus vite dès la fin de la construction ou réhabilitation.

Pour réaliser son opération, le promoteur a besoin d’un financement. C’est là qu’intervient la plateforme de crowdlending. Il fait appel à la communauté de prêteurs de la plateforme pour emprunter les fonds nécessaires à financer son programme. Concrètement les crowdlenders qui participent au projet souscrivent à un emprunt obligataire émis par une société ad hoc ou par la société mère du promoteur immobilier. La plupart du temps le produit financier retenu est à remboursement in fine (pour le capital et les intérêts). On est donc sur la forme de prêt la plus risqué.

C’est à la fin du programme (typiquement au bout de 12 à 24 mois) que le promoteur finalise la commercialisation de son programme (donc revend les biens) et reverse aux prêteurs le capital ainsi que les intérêts contractuels.

Un nouvel outil pour investir dans l’immobilier

Au final, c’est une nouvelle façon, pour les particuliers, d’investir dans l’immobilier, sur des opérations d’immobilier commercial ou de promotion habituellement réservées à des investisseurs institutionnels.

La capacité du projet à être commercialisé est un élément crucial du succès de ce type d’investissement. Les prêteurs doivent faire leur propre analyse, et identifier les biens de meilleure qualité. N’oubliez pas le porteur de projet ne vous remboursera que s’il réussit lui-même à vendre les biens.

Ce qu’il faut retenir :

Quel que soit le type d’investissement en crowdlending que l’on choisit (projets de personnes physiques, TPE, PME ou immobilier), le plus important reste de diversifier au maximum sa mise sur plusieurs projets. C’est au final le meilleur outil pour minimiser son risque. Investissez par exemple sur des maturités, des taux d’intérêts et des montants de collecte variés. Et prenez le temps de choisir une plateforme dont l’équipe a toutes les compétences pour bien évaluer la qualité des projets.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *