Besoin d’argent pour faire des études supérieures ?

Financer ses études

Courir après l’argent quand on est étudiant n’est jamais une situation idéale. Le temps passé par exemple à jongler entre plusieurs jobs étudiants est du temps en moins consacré aux révisions ou aux recherches de stage. Sans parler dans certains cas du rattrapage des cours et de la fatigue accumulée.

Bref, réussir ses études est forcément plus simple quand l’aspect financier n’est plus un problème.

Pour financer son loyer, son alimentation ou ses frais de scolarité, il existe toujours des solutions. Le plus important est de bien les connaître et d’identifier celles qui sont le mieux adaptées à son profil.

4 principales pistes pour financer ses études supérieures.

 

tableau_2

 

1/ Les bourses d’études :

1 étudiant sur 4 perçoit une bourse d’études en France. Ces bourses sont délivrées, sur la base de critères sociaux, par les CROUS (centre régional des œuvres universitaires et scolaires) de chaque académie, et vise à aider les étudiants issus des milieux les plus modestes. L’enveloppe annuelle globale de cette aide s’élève à environ 2 milliards d’euros, ce qui en fait un des modes de financement des études les plus importants.

3 critères principaux sont analysés pour déterminer votre éligibilité à une bourse d’études :

  • les revenus de votre foyer fiscal ;
  • le nombre d’enfants à charge ;
  • l’éloignement de votre lieu d’études.

Il faut également être âgé de moins de 28 ans et être titulaire du baccalauréat français ou d’un titre ou diplôme équivalent.

Sur la base de cette analyse, les étudiants sont classés par échelon (de 0 bis à 7) et se voient attribuer une aide d’un montant annuel variant de 1 009 euros (échelon 0 bis) à 5 551 euros (échelon 7). Les versements sont mensuels et répartis sur une durée de 10 mois.

En complément, tous les étudiants boursiers bénéficient d’une exonération des droits universitaires (dans les établissements publics) et de la cotisation à la sécurité sociale étudiante.

Les demandes doivent être effectuées chaque année directement en ligne en remplissant le dossier social étudiant (DSE) sur www.messervices.etudiant.gouv.fr. La période de dépôt des dossiers est ouverte chaque année du 15 janvier au 31 mai pour la rentrée universitaire suivante.

 

2/ Les prêts garantis par l’Etat

Lancé en 2008, le « prêt garanti par l’Etat » est en réalité un prêt bancaire classique associé à un mécanisme de garantie apporté par l’Etat.

Ce prêt a les caractéristiques suivantes :

  • Montant maximal de 15 000 euros
  • Durée minimale de remboursement : 2 ans
  • Sans conditions de ressources
  • Pas de caution parentale ou d’un tiers
  • Taux d’intérêt fixé librement par la banque partenaire

C’est donc bien l’emprunteur qui doit rembourser l’intégralité du prêt ainsi que des intérêts. La garantie apportée (qui porte sur 70% du capital) a uniquement comme objectif de couvrir les éventuels défauts de remboursement.

Pour obtenir un tel financement, il faut soi-même déposer, auprès d’une des banques partenaires, un dossier de demande de prêt. La banque décide ensuite si elle vous accorde ce prêt, et sous quelles conditions. Il faut bien noter que les banques conservent leur pouvoir d’analyse dans le choix final des bénéficiaires, et fixent elles-mêmes les taux d’intérêt.

Les critères d’éligibilité sont les suivants :

  • être inscrit dans un établissement d’enseignement supérieur français ;
  • être âgé de moins de 28 ans à la date de conclusion du prêt ;
  • être de nationalité française ou posséder la nationalité de l’un des Etats membres de l’U.E. ou de l’E.E.E.

Chaque année une enveloppe limitée est allouée à ce dispositif via la constitution d’un fonds de garantie alimenté par le Ministère de l’Education.

 

3/ Les prêts bancaires classiques

Habituellement appelé le « prêt étudiant », le prêt bancaire classique est un crédit à la consommation contracté auprès d’une banque qui doit vous permettre de financer vos études. Ce financement peut servir au paiement de vos frais de scolarité, mais également à toutes autres dépenses de votre vie étudiante (loyer, ordinateur, nourriture …).

Les montants octroyés vont de 1 000 à 45 000 euros, les durées de remboursement sont comprises entre 1 et 10 ans, et le prêt peut bénéficier d’une période de différé.

La banque décide elle-même de l’acceptation ou du refus de votre dossier. On constate que l’analyse des dossiers se base principalement sur l’analyse de la solvabilité de votre caution (donc la plupart du temps de vos parents). En clair, la caution est souvent exigée, et si cette caution n’a pas un revenu suffisant ou bien a un taux d’endettement trop élevé, alors il y a de fortes chances pour que la banque refuse votre dossier.

L’autre critère important est l’établissement scolaire dans lequel vous êtes ou bien vous avez été admis : là aussi, les dossiers d’étudiants inscrits dans les meilleures écoles de commerce ou d’ingénieur seront fortement avantagés.

L’établissement bancaire vous demandera également une attestation sur l’honneur de l’aide financière partielle de vos parents (si votre famille vous soutient). En fonction de votre projet, les banques fixeront librement un taux d’intérêt, aujourd’hui compris entre 1 et 4 %.

En résumé les conditions très strictes d’octroi font que l’obtention d’un prêt bancaire est loin d’être une formalité.

 

4/ Le prêt étudiant participatif

Pour les étudiants qui n’ont pas la chance d’avoir accès aux prêts bancaires, le prêt étudiant participatif peut être une solution alternative intéressante.

Le principe est le suivant : la plateforme de financement participatif (de crowdlending pour être précis) met en relation les étudiants avec des particuliers à la recherche d’un placement collaboratif pour leur épargne. L’étudiant dépose son projet, puis une fois accepté, lance sa collecte auprès de la communauté de prêteurs.

Une fois l’objectif atteint, l’étudiant signe électroniquement son contrat de prêt avec les prêteurs et obtient son financement. Il rembourse ensuite le capital et les intérêts via un prélèvement automatique mensuel sur son compte bancaire habituel.

Edukys Prêt étudiant participatifChez Edukys par exemple, il est possible d’obtenir entre 1 000 et 12 000 euros par projet sachant que les taux d’intérêt varient en fonction de la qualité des dossiers. Un des avantages de cette solution est que l’ensemble du processus (demande, obtention et remboursement du prêt) est réalisé à distance.

En résumé, il est aujourd’hui possible pour tous les étudiants de trouver des solutions de financement en fonction de leur profil. Il faut avoir en tête qu’il est souvent nécessaire de combiner plusieurs outils afin de boucler son budget.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *